La gnose musulmane et le bouddhisme zen : étude comparée (2)

Dans la gnose islamique, la station de l’aspirant à la voie est la dernière station de la voie qui consiste à s’éteindre dans l’unité (fanâ) et à subsister en Dieu (baqâ). Suivre cette station implique néanmoins que l’on préserve et observe scrupuleusement les commandements de la sharî'a (Loi), car l’ésotérisme est précédé par l’exotérisme.

 

Un récit de la rencontre entre l’Imâm al-Ridhâ (as) et les chefs des différentes religions

Après que l’Imâm al-Ridhâ (as) à la suite à son père, ait pris en charge la responsabilité de la guidance et de l’Imâmat, il entreprend de parcourir le monde musulman. Son premier voyage le conduit de Madîna à Basra, afin de pouvoir rencontrer directement et personnellement les dignitaires et d’engager avec eux des conversations sur tous les sujets. Avant même de se mettre en route pour un lieu précis, il a pour habitude d’y envoyer un représentant informer les gens de sa venue, de sorte à ce qu’ils se trouvent prêts à l’accueillir et à le rencontrer. Ensuite, il organise de grandes assemblées réunissant beaucoup de gens pour discuter avec eux à propos de son imâmat et de sa guidance. Là, il leur propose de répondre à leurs questions concernant différents domaines de la connaissance islamique. Ensuite, il s’arrange pour rencontrer les théologiens dogmatiques, les débatteurs et les orateurs. Il rencontre également les savants non-musulmans dans le but d’évoquer avec eux tous les chapitres occasionnant des disputes et d’en débattre avec eux.

 

De l'effet du péché sur l’âme des êtres humains

Parmi les axiomes de la religion, du savoir et de l’expérience, se trouve le fait que les actes des êtres humains, qu’ils soient bons ou mauvais, ont des conséquences dans ce monde et dans l’autre. Cela fonctionne comme la semence que l’on met en terre. Si l’on sème des graines de fleurs, on récoltera des fleurs. Et si l’on sème des graines de ronciers, on obtiendra des ronciers. La répétition du péché, la persévérance dans sa voie, obscurcissent le cœur, le troublent et causent la métamorphose de l’être humain, le faisant passer de l’état d’humanité à celui d’animalité et de férocité, tout en causant de plus grands péchés encore.

Les qualités de Son Excellence ‘Isâ (as) selon le Coran (5)

Les attributs d’action de Dieu le Glorifié nécessitent des manifestations présentes, or, ‘Isâ Masîh (as) compte parmi les manifestations présentes de Dieu le Glorifié. « Qui connaît l’Inconnaissable », « l’Auteur du monde », « Celui qui fait naître », « Celui qui répond de manière satisfaisante » comptent parmi les plus beaux noms de Dieu le Glorifié. ‘Isâ Masîh (as), dans une certaine mesure, incarne ces noms. Cependant, lorsqu’il dit : « Je suis venu à vous avec un Signe de votre Seigneur : je vais, pour vous, créer d’argile, comme une forme d’oiseau. Je souffle en lui, et il est : ‘oiseau’, avec la permission de Dieu. » (sourate Âli ‘Imrân (La famille de 'Imrân) ; 3 : 49), cela ne signifie pas que Dieu le Glorifié crée une partie des choses et que ‘Isâ Masîh (as) en crée une autre, dans le sens où Dieu le Glorifié aurait confié une part de la tâche au Masîh (as), comme si l’organisation de la création se partageait de la sorte. Au contraire, Son Excellence le Masîh (as), à l’égard de la création, manifeste l’un des noms de Dieu. Même si le Masîh (as) peut, avec la permission de Dieu, créer un oiseau, seul Dieu est le Créateur de toute chose.

Les buts de la gnose musulmane

La gnose est la connaissance de Dieu, c'est-à-dire celle de Ses Noms, de Ses attributs et de Ses lieux de manifestation, des états de l’origine et du retour vers Lui, ainsi que des réalités manifestées dans le monde et de la modalité de leur retour à la Réalité une, c'est-à-dire à l’Unicité de l’Essence. Cette science étudie aussi la voie initiatique, l’effort requis pour libérer l’âme des liens qui la retiennent dans les pièges de sa séparation, pour la rattacher à son principe d’origine et lui redonner les qualités d’absoluité et d’universalité.

Effets et contrecoups économiques de l’avarice

Dans le noble Coran, au verset 38 de la sourate Mohammad (s) (47) Dieu dit : « C’est vous qui êtes appelés à dépenser vos biens dans le chemin de Dieu ; mais il y a des avares parmi vous. Celui qui est avare est avare à son propre détriment. Dieu est Celui qui se suffit à Lui-même et vous êtes pauvres… » Dans ce verset, Dieu le Très-Haut expose un autre des vices moraux de l’être humain exerçant une influence importante dans l’enceinte de la société et sur son devenir : l’avarice.

Traduction Denise Masson.

 

L’Imâm Mahdî (as)

Son Excellence le Mahdî (as) est le fils de son Excellence l’Imâm Hasan al-‘Askarî (as) et de son Excellence Dame Narjis (as). Il vint au monde au lever de l’aube du jour de vendredi, le 15 Sha?bân de l’année 255 de l’Hégire lunaire, dans la ville de Sâmarrâ’ (Irak). Le jour anniversaire de la naissance de cet Imâm jouit de bien des vertus.

Son Excellence Zakariyâ (as)

Son Excellence Zakariyâ (as) est l’un des prophètes des Banî Isrâ’îl, de la lignée de Hârûn (as). Son nom est cité sept fois dans le noble Coran. Il compte parmi les justes et les intimes du Seuil divin. Son père est Barkhiya et son épouse est Îshâ'. Il est également le mari de la tante maternelle de son Excellence Maryam (as) et devient le tuteur de celle-ci.

Supériorité du miracle du Coran sur les autres miracles

Aucun acte, aucun effet ne possède autant de capacités à durer que la parole. Le secret pour lequel le miracle principal qui a été choisi pour le Sceau des Prophètes, c'est-à-dire « la parole », est dû au fait que cette religion, la religion finale, est celle qui devra subsister à jamais et demeurer jusqu’à la fin des temps, et l’unique effet qui puisse subsister éternellement intact est la parole.

De l’espoir et du désespoir chez l’être humain selon les versets du Coran et les hadiths

L’espoir est une miséricorde venant de Dieu, offert aux êtres humains afin que jamais ils ne ménagent leurs efforts et aient de l’espoir à donner. Le noble Prophète (s) a dit : « L’espoir est une miséricorde divine pour ma communauté. » Dans l’invocation donnée à Komayl, ‘Alî (as) expose la nécessité d’espérer en la grâce et en la miséricorde divine : « Comment le feu peut-il atteindre celui qui a espoir en la grâce et en la miséricorde divine ? »

Photos aléatoire

Masjed Hakim - Ispahan (14) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (23) : Wâdi as-Salâm - Najaf (10) : Tâlâr-e Zaynabiyyeh - Karbalâ (4) : Imâmzâdeh Esmâ'îl - Ispahan (9) : Tombe de Marhûm-e Haddâd (ra) - Karbalâ (5) : Mausolée de l'Imâm Mûsa Kâzhim (as) et de l'Imâm Jawâd (as) - Kâzimayn (1) : title : Imâmzâdeh Esmâ'îl - Ispahan (4) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *