Son Excellence Yahyâ (as)

Son Excellence Yahyâ (as) fait partie des prophètes ayant atteint l’état prophétique durant l’enfance. Son nom apparaît cinq fois dans le noble Coran, dans les sourates Âle-‘Imrân (3 ; La famille de 'Imrân), Al-An‛âm (6 ; Les bestiaux), Maryam (19) et Al-Anbiyâ’ (Les prophètes ; 21). Sa mère, est Îshâ‛ (as), la tante maternelle de son Excellence Maryam (as), et son père est son Excellence Zakariyya (as), le tuteur de son Excellence Maryam (as). Il est le contemporain de son Excellence ‘Isâ (as), et certains disent qu’il en devint le successeur. Sa naissance est une forme de miracle, car son père a plus de quatre-vingt-dix ans et sa mère est également âgée, et stérile. Tous deux ont abandonné l’espoir d’être parents, mais Dieu leur offre son Excellence Yahyâ (as), répondant favorablement à une invocation de son Excellence Zakariyya (as). Dieu choisit Lui-même son nom, et personne ne s’est appelé ainsi avant lui. Durant l’enfance, Dieu lui fait don de la sagesse, tandis que Yahyâ (as) s’emploie à adorer son Seigneur. Il passe sa vie dans l’ascétisme, l’abandon des plaisirs de ce monde et l’éloignement vis-à-vis des appétits de l’âme, à tel point que, pour ce faire, il n’épouse aucune femme. Ses vêtements sont simples et faits de laine. Il mange du pain d’orge. Il n’a jamais épargné un dirham, ni même un dinar.

 

On a dit au sujet de ses états et de ses vertus qu’il est un grand dévot et fait preuve de beaucoup de bienfaisance envers ses parents. Jamais il ne désobéit à Dieu, ni ne se révolte. Pour son peuple, il est grand et noble ; les gens ont beaucoup d’affection pour lui. Ils se rassemblent autour de lui, il les conseille et les invite à la piété, à s’éloigner du péché. Les gens se réfèrent à lui et à son jugement. Comme nous l’avons évoqué, son Excellence Yahyâ (as) a foi en son Excellence ‘Isâ (as) et confirme sa qualité de prophète. Son Excellence Yahyâ (as) compte parmi les serviteurs vertueux de Dieu. Dieu, dans le noble Coran, lui adresse par trois fois Son salâm et Ses salutations : le jour où il vient au monde, le jour où il quitte ce monde et le jour où il se voit ressuscité. Ces trois jours comptent parmi les pires moments vécus par l’ensemble des êtres humains. Il est tué par l’un des rois des Banî Isrâ’îl. Ce roi est tout amour pour une femme dépravée et méchante qui lui demande la tête de son Excellence Yahyâ (as) en guise de récompense. Dans certains livres d’histoire, il est rapporté que ce roi désire se marier avec la fille de son frère, et que son Excellence Yahyâ (as) s’oppose à ce mariage contrevenant à la religion de ‘Isâ Masîh (as). Cette femme lui en tient rancune et demande en conséquence à son oncle de le tuer, s’il veut pouvoir se marier avec elle. Ce roi inconstant ordonne que l’on décapite son Excellence Yahyâ (as), et que l’on dépose sa tête sur un plateau en présent à cette femme.

 

Un hadith rapporte que le ciel a pleuré lors du martyr de deux individus : une fois pour l’Imâm al-Hosayn (as) et une autre fois pour le prophète Yahyâ (as). Différentes explications sont données à propos de ces pleurs. Certains prétendent qu’il s’agit d’une allégorie destinée à exprimer la violence et l’immensité du malheur. D’autres affirment que cela désigne en fait les larmes que les habitants des cieux ont versées. La tombe de ce grand personnage se trouve dans la mosquée des Omeyyades, à Damas.

Jean le Baptiste (as)

Elisabeth (as)

Marie (as)

Zacharie (as)

Jésus (as)

Le lieutenant, au sens plein du terme

Les fils d’Israël (as)

Jésus Christ (l’initié)

 

Photos aléatoire

Imâmzâdeh Esmâ'îl - Ispahan (4) : Wâdi as-Salâm - Najaf (8) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (4) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (2) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (8) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (18) : Masjed Hakim - Ispahan (16) : Wâdi as-Salâm - Najaf (2) : Karbalâ (2) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *