Son Excellence Yûnus (as)

Son Excellence Yûnus (as) compte parmi les prophètes. Son nom apparaît quatre fois dans le noble Coran, dans les sourates Al-Nisâ’ (Les femmes ; 4), Al-An‛âm (Les bestiaux ; 6), Yûnus (10) et Al-Sâfât (Les rangés ; 37), et l’on trouve également des éléments le décrivant dans les sourates Al-Anbiyâ’ (Les prophètes ; 21) et Al-Qalam (La plume ; 68). Pendant environ trente ans, son Excellence Yûnus (as) se trouve chargé de guider les habitants de la ville de Naynawâ en Iraq. Des années durant, il s’applique à sa mission, s’efforçant d’en guider les gens, mais ceux-ci (ils sont à cette époque plus de cent mille) réfutent continuellement ses propos et le calomnient. Ils lui disent : « Tu divagues, nous ne voulons ni te suivre, ni accepter ton invitation. » Malgré cela, Yûnus (as) poursuit sa mission et se consacre inlassablement à cette guidance. L’histoire dit que seuls deux individus ont foi en lui. Pour l’un, il s’agit d’un ermite, et l’autre est un savant, un sage. Pour le reste, personne ne manifeste la moindre réaction positive, on s’emploie plutôt à le tourmenter et à chercher à le tuer. Yûnus (as) se tourne alors vers le Seuil divin afin de se plaindre. Il veut maudire les gens de la ville. Celui qui est savant et sage, en raison de la sagesse qui est la sienne, demande à Yûnus (as) de ne pas les maudire. Cependant, l’ermite partage le même avis que Yûnus (as) et lui demande de les maudire. En fin de compte, son Excellence (as) perd patience. Il maudit les gens et demande à Dieu de faire descendre sur eux le châtiment. Dieu le Très-Haut annonce à Yûnus (as) que tel jour, le châtiment descendra sur eux. Son Excellence (as) fait part de la nouvelle à son peuple, tandis que lui-même quitte la ville et observe de loin ce qui leur arrive. Aussi, les effets du châtiment se manifestent : un châtiment que les habitants sont à même de voir de leurs propres yeux. Ils se rendent auprès de cet homme savant et sage et sollicitent son aide. Le savant leur dit : « Prenez refuge en Dieu l’Immense, pleurez et lamentez-vous, allez dans les déserts avec vos femmes et vos enfants. Lorsque vous y serez, levez vos têtes vers le ciel et implorez l’aide de Dieu, ayez pour cela un état de contrition, ayez foi en Lui et repentez-vous. Ce n’est qu’ainsi que Dieu vous pardonnera et fera descendre sur vous Sa miséricorde. »

Le peuple décide alors de mettre en œuvre tout ce que dit le savant. C’est pourquoi Dieu les prend en pitié et les préserve de Son châtiment. Lorsque son Excellence Yûnus (as) apprend que le châtiment s’est écarté d’eux, il est alors en colère car il se demande pourquoi il a été humilié par les gens de ce peuple pour qu’ensuite ils échappent au châtiment, tandis que lui-même, contraint de quitter la ville, a dû prendre la fuite ? Son chemin le conduit sur le rivage de la mer. Il voit un bateau rempli de voyageurs et prêt à appareiller. Il leur demande s’il peut embarquer avec eux. Ces derniers acceptent. Yûnus (as) monte à bord et l’embarcation se met en route. Lorsqu’ils atteignent le milieu de la mer, une tempête se lève et la mer se démonte. Soudain, le bateau s’arrête puis s’immobilise tout à fait. Certains disent que cela est dû à un grand poisson redoutable qui a fait surface juste devant l’embarcation. D’autres disent que le bateau est alourdi et qu’il ne peut plus avancer. Quoi qu’il en soit, le pilote et les passagers se mettent tous d’accord : il faut tirer quelqu’un au sort et le jeter à la mer. Ils tirent au sort plusieurs fois, et à chaque fois, le sort tombe sur le prophète Yûnus (as). Tous savaient qu’il y avait un code. Ils jettent donc Yûnus (as) à la mer. Celui-ci est aussitôt avalé par le grand poisson qui est chargé de le faire de la part de Dieu, sachant que Dieu a décrété qu’il ne lui arrive rien dans le ventre du poisson.

 

Dans le ventre du poisson, Yûnus (as) réalise pourquoi il se trouve ainsi prisonnier, il comprend que son impatience et sa colère envers son peuple étaient indignes de lui. (Les précepteurs divins doivent éviter de demander le châtiment tant qu’il reste un espoir de parvenir à éduquer ceux dont ils ont la charge). Cet événement, ce malheur, constitue une mise à l’épreuve, un examen que Dieu fait passer à Son prophète (as). C’est pourquoi, dès ce moment, Yûnus (as) s’emploie à la mention de Dieu. Il se lamente beaucoup, et pleure. Dans cette prison étroite et obscure que constitue le ventre du poisson, il crie : « Pas de divinité à part Toi ! Pureté à Toi ! J'ai vraiment été du nombre des injustes. » (Al-Anbiyâ' (Les prophètes ) ; 21 : 87) Cette supplique, cette imploration provoque son salut. Après quelques jours, sur l’ordre de Dieu, le poisson ouvre sa gueule et le rejette sur le rivage. Yûnus (as) est très malade, il est épuisé. Pour ces raisons, Dieu fait pousser au-dessus de sa tête un plant de courge, pour que Son prophète (as) soit à l’abri de son ombre et qu’il puisse se nourrir de ses fruits. Peu à peu, son état s’améliore et il se trouve de nouveau chargé de retourner auprès de son peuple. Là, les gens de son peuple répondent à son appel. Dès lors, ils se mettent à avoir foi en Dieu et à L’adorer. La tombe que l’on peut voir à Kûfa, au bord du fleuve Furât est connue pour être celle du prophète Yûnus (as). Elle dispose d’une coupole et d’une salle.

Jonas (as).

Ninive.

L’Euphrate.

 

Photos aléatoire

Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (7) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (14) : Mausolée de l'Imâm 'Alî (as) - Najaf (5) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (10) : Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (3) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (19) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (16) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (8) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (15) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *