Son Excellence Ermiyâ (‘Uzayr) (as)

Son Excellence Ermiyâ (as) est l’un des grands prophètes des Banî Isrâ’îl. Son nom, en hébreu, se dit Barîm Yâhve et à pour signification « il dispense le profit » ou « il fait augmenter le profit ». Dans les sources islamiques, il se nomme tantôt Ermiyâ, tantôt Barmiyâ et même, ‘Uzayr. Ce prophète naît environ six cent quarante-cinq ans avant Jésus-Christ à ‘Anâtût, la ‘Anâtâ actuelle, située au nord-est de Jérusalem, dans une famille de religieux. Son père est l’un des serviteurs de la synagogue de ‘Anâtût et fait partie de l’élite religieuse de l’époque de son Excellence Dâwud (as). A l’époque où  ce prophète voit le jour, l’idolâtrie est courante parmi les Banî Isrâ’îl et a progressivement remplacé la religion de son Excellence Mûsâ (as). Ermiyâ (as) est l’un des petits-fils de Hârûn fils de ‘Imrân (as) (le frère de Mûsâ (as)). A l’aube de sa jeunesse, lorsque qu’il accède à la prophétie, Dieu lui révèle : « Je t’ai choisi pour une grande mission. » Le prophète Ermiyâ (as) occupe le plus clair de son temps à avertir et à menacer. Il donne des conseils au sujet de la religion juive et prononce des discours, demandant aux juifs de se repentir, considérant ce qui est descendu de la part de Dieu. Cependant, le peuple des Banî Isrâ’îl, et en particulier les habitants de cette terre, ainsi que sa propre famille, ne prêtent pas attention à ses dires et à ses avertissements et poursuivent leurs actes et leurs comportements inconvenants. En fin de compte Ermiyâ (as) les maudit et quitte Bayt al-Moqaddas. Après son départ, Bokht al-Nasr, le roi de Bâbel, lance une attaque sur Urshalîm et après un long siège, en fait la conquête et l’incendie. Il tue la plupart des gens et rase la ville. Par la suite, Ermiyâ (as) revient à Bayt al-Moqaddas. Lorsqu’il voit la ville détruite et les gens massacrés, il se demande comment Dieu peut laisser la vie à ceux qui ont commis cela. C’est pourquoi Dieu le bannit. Durant la période où il est endormi, comme s’il était mort, la ville renaît de ses cendres et les gens se remettent à travailler et à vivre. Après des années, Ermiyâ (as) s’éveille de son long sommeil et, voyant les signes de la puissance de son Seigneur, réalise la question de la vie après la mort.

 

Le nom d’Ermiyâ (as) n’apparaît pas dans le noble Coran. Cependant, les sources musulmanes considèrent que le récit que nous venons de voir est lié au verset 259 de la sourate Al-Baqara (La vache, sourate 2) et a trait à Ermiyâ (as). Il y est dit qu’Ermiyâ (as) est le prophète ‘Azîr (as). Bien entendu, il existe des divergences parmi les chercheurs au sujet de ces récits qui sont exposés de diverses manières. Pourtant, les traditions et les exégèses islamiques disent bien que ‘Azîr (as) est ce même Ermiyâ (as). La durée de la vie de ce prophète est de cent ans et le lieu de sa mort se trouve en Egypte, où il est enseveli.

Esdras (as).

Les fils d’Israël (as).

David (as).

Moïse (as).

Aaron (as).

« La maison sacrée » : il s’agit du temple de Jérusalem, qui en arabe donne son nom à la ville.

Nabuchodonosor.

Babylone.

Ancien nom de Jérusalem.

 

Photos aléatoire

Masjed Jâmeh' - Ispahan (7) : Masjed Hakim - Ispahan (11) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (6) : Tiflân-e moslem - Irak (2) : Tombe de Marhûm-e Haddâd (ra) - Karbalâ (3) : Mausolée de l'Imâm Hosayn (as) - Karbalâ (4) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (12) : Masjed Hakim - Ispahan (5) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (4) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *